Les cinq caractéristiques d’un grand leader de hockey (Une traduction rapide à la fin de l’article en anglais)

SNIPERS EDGE 21/03/2017

https://www.snipersedgehockey.com/blogs/news/5-characteristics-of-a-great-hockey-leader

The Five Characteristics of a Great Hockey Leader

If you have ever watched the NHL network nightly recap show “On the Fly,” you’ll repeatedly hear the analysts refer to players as great leaders. Often, these players are the captains or assistant captains of their respective teams. Do you have to wear a letter to be a great team leader?  The answer is no!!

So, what makes a good hockey player also a great team leader?  Below are 5 characteristics not only on how to be good at hockey, but also, how to be a team leader, no matter what team you’re playing on.

  1. Consistency – The best leaders are the most consistent performers, both on and off the ice. They are the hardest workers on the ice, and are usually quality human beings off the ice. When coaches recognize consistent, hard work and positive behavior early in the season, it usually results in others wanting to act the same way.
  2. Chooses Words Wisely – Every so often, there will be a player on the team that never shuts up. This person is always talking, is loud, and annoying. Over time, their voice and words just become white noise.  A true leader is a great listener and always has the best interest of the team in mind. Speaking less and choosing your words wisely will result in your voice being heard in an impactful way, especially when needed.
  3. Build Up – I don’t care if you have ridiculous hockey skills or are more of a grinder, it’s inevitable that you will have a bad game from time to time. The easiest way to react to a player’s poor performance is to verbally beat them down. Exceptional leaders don’t beat down teammates. Leaders recognize this as an opportunity to support and build their teammate up. Encouragement and positive feedback are critical when teammates are figuring out their own style and how to be good at hockey.
  4. Fearless – There are parts of the game that some players don’t particularly care for or embrace. Two situations on the ice that highlight my point are taking a hit to make a play and blocking shots. The fear of feeling pain or getting hurt is the motivating factor. Leaders on teams are fearless. They will do whatever is required to win that shift and help the team win the game.
  5. Team First – Too often, players focus on their own individual stats, as a benchmark on how they feel and outwardly act. If a player scores points, they are happy. If no points are registered, they are grumpy. This individualist attitude destroys the team culture. When you have a group of players who don’t care about who gets the credit, only that the team wins, well…that’s when magical moments start to happen on a regular basis.

As you can see, there is a big difference between knowing how to be a hockey player and knowing how to be a leader. So, continue to improve in the areas of leadership that you’re good at, as well as areas that you may be lacking. Remember to Work Hard and Dream Bigger than Everyone Else!!

Français

Les cinq caractéristiques d’un grand leader de hockey

Si vous avez déjà regardé le réseau de la LNH en récapitulant la soirée « On the Fly », vous entendrez à plusieurs reprises les analystes se référer aux joueurs comme de grands leaders. Souvent, ces joueurs sont les capitaines ou les capitaines adjoints de leurs équipes respectives. Devez vous porter une lettre (C ou A) pour être un grand chef d’équipe? La réponse est non!!

Alors, qu’est-ce qui fait d’un bon joueur de hockey un excellent chef d’équipe? Voici 5 caractéristiques non seulement sur la façon d’être bon au hockey, mais aussi, comment être un chef d’équipe, peu importe l’équipe avec laquelle vous jouez.

1 – Cohérence : les meilleurs leaders sont les plus performants, à la fois sur et hors de la glace. Ils sont les travailleurs les plus durs sur la glace, et sont généralement des êtres humains de qualité hors de la glace. Lorsque les entraîneurs reconnaissent la constance, le travail acharné et le comportement positif au début de la saison, il en résulte généralement d’autres voulant agir de la même manière.
2 –
Choisit les mots sagement : de temps en temps, il y aura un joueur sur l’équipe qui ne « la ferme » jamais. Cette personne est toujours en train de parler, est bruyant, et ennuyeux. Au fil du temps, leur voix et les mots deviennent juste du bruit. Un vrai leader est un grand auditeur et a toujours le meilleur intérêt de l’équipe à l’esprit. En parlant moins et en choisissant judicieusement vos mots, votre voix sera entendue de manière percutante, surtout quand c’est nécessaire.
3 – Construire : que vous ayez
des compétences ridicule en hockey ou que vous soyez une brute, il est inévitable d’avoir une mauvaise passe dans le jeu de temps en temps. La façon la plus simple de réagir aux mauvaises performances d’un joueur est de « le battre » verbalement. Les leaders exceptionnels ne battent pas les coéquipiers. Les leaders reconnaissent que c’est une occasion de soutenir et de construire leur coéquipier. L’encouragement et la rétroaction positive sont essentiels lorsque les coéquipiers déterminent leur propre style.
4
– Courageux : Il ya des parties du jeu que certains joueurs n’aiment particulièrement. Deux situations sur la glace mettent en évidence ce point, c’est prendre un coup de faire un jeu (ou mettre une boite) et les bloquer les tirs en défense. La peur de ressentir de la douleur ou de se blesser est le facteur de motivation. Les leaders des équipes sont courageux. Ils feront tout ce qui est nécessaire pour gagner ce changement et aider l’équipe à gagner le match.
5
– Premier dans l’équipe : Trop souvent, les joueurs se concentrent sur leurs propres stats individuels, comme une référence sur la façon d’agir extérieurement. Si un joueur marque des points, il est heureux. Si aucun point n’est enregistré, il est grincheux. Cette attitude individualiste détruit la culture d’équipe. Quand vous avez un groupe de joueurs qui ne se soucient pas de qui obtient le crédit, c’est l’équipe qui gagne… c’est alors que les moments magiques commencent à se produire de façon régulière.

Comme vous pouvez le constater, il y a une grande différence entre savoir être un joueur de hockey et savoir être un leader. Alors, continuer à améliorer dans les domaines de leadership où vous êtes bon, ainsi que les domaines que vous avez des manques. N’oubliez pas de travailler dur et de rêver plus grand que tout le monde!

Hockey sur glace / D2

Le Populaire du centre

Les Taureaux de feu doivent encore grandir

Les Taureaux de feu doivent encore grandir

Les Limougeauds devront patienter jusqu’en septembre pour retrouver la compétition. © photo brigitte azzopard

 

Entre déficit d’expérience dans certains secteurs de jeu, inconstance et adversité en hausse, les Limougeauds ont été confrontés à leurs limites cette saison.

Demi-finalistes en 2016, les hockeyeurs limougeauds n’ont pas connu la même réussite sportive cette saison. Bien sûr, l’élimination de samedi dernier à Valence s’est jouée sur un coup de dés mais elle met en lumière les manques d’une formation qui doit encore franchir un grand palier pour espérer viser à terme une montée au deuxième échelon national.

Une inconstance coûteuse

Valentin Dumélié et ses partenaires avaient démarré leur saison sur les chapeaux de roue avec trois succès en quatre matches. Mais la machine limougeaude s’est quelque peu enrayée par la suite. En alternant les hauts et les bas, les Haut-Viennois ne sont jamais parvenus à trouver leur rythme de croisière (6 victoires pour 8 défaites, lors des 14 derniers matches). Résultat : une qualification pour les playoffs au forceps et une septième place insuffisante pour s’éviter un poids lourd dès le 1 er tour. Un meilleur classement aurait permis au club limougeaud de se confronter à un adversaire de moindre calibre et de s’éviter ainsi une sortie de route prématurée. Même si face à Valence, les joueurs de l’ASPTT Limoges ont manqué de réussite pour poursuivre leur route.

Un déficit

L’absence d’un leader défensif s’est clairement faite sentir cette saison, après la retraite de Pavol Mihalik. L’ASPTT n’est pas parvenue à trouver la perle rare et s’est appuyée sur un recrutement intéressant mais principalement composé d’éléments en devenir. Qui plus est, Pavol Mihalik a étrenné son costume d’entraîneur cette saison. Pour prendre la pleine mesure de cette fonction, il faut du temps et cette première année aura permis au coach slovaque d’engranger de l’expérience en vue des prochains exercices.

Une adversité en hausse

Au fur et à mesure des années, le niveau des divisions inférieures semble de plus en plus homogène. Comme en témoigne la poule de l’ASPTT au sein de laquelle neuf formations sur dix avaient la capacité de prendre le pas l’une sur l’autre. Les rencontres se jouent la plupart du temps sur des détails comment peuvent en témoigner les Limougeauds lors de leur double confrontation face à Valence.

clap de fin

Waldschmidt raccroche les patins. Il a disputé samedi à Valence son dernier match officiel de hockey sur glace. Le jeune homme de 24 ans, qui avait commencé le hockey à Limoges il y a 20 ans, a annoncé qu’il mettait un terme à sa carrière. « Cela devenait compliqué de concilier le hockey avec ma vie professionnelle. Cela n’a pas été facile de prendre cette décision. C’est une page qui se tourne. »

Réginald Marie